Marion Darras

28/04/2021

Pourquoi ta newsletter arrive dans les spams ?

Pourquoi ta newsletter arrive dans les spams ?

Quand tu apprends que ta newsletter arrive en spam, est-ce que, comme moi, tu te dis « Hé mais c’est pas juste ! 🥺 »  Oui ? Alors bienvenue, cet article est pour toi. Mais…

Ceci n’est pas un article où je vais t’apprendre comment t’assurer à 100 % que tes newsletters arrivent dans la boîte de réception de tes abonnés.
Parce que personne au monde ne peut s’engager sur une telle promesse, et tu auras compris pourquoi à la fin de cet article.

En fait, dis-toi que c’est comme envoyer un colis par La Poste. Tu n’es jamais sûr à 100 % que le destinataire le recevra. Arrêtes-tu pour autant d’envoyer des colis ? Non, car tu peux, à ton niveau, mettre des actions en place pour limiter sa perte dans la chaîne de tri.

Tu l’as compris, la délivrabilité d’une newsletter n’est pas une science exacte.
Tu ne peux pas maîtriser toutes les étapes de son envoi, mais je t’explique dans cet article les leviers à actionner pour arriver à destination — et la bonne destination !

Sommaire

Comment apprivoiser un filtre anti-spam ?

Quels critères sont pris en compte pour filtrer les newsletters ?

10 bonnes pratiques à adopter pour améliorer la délivrabilité de tes newsletters

Comment apprivoiser un filtre anti-spam ?

Pour améliorer la délivrabilité de ta newsletter, il faut apprendre à composer avec les filtres anti-spam.
Les fournisseurs d’accès internet, les clients de messagerie (Orange, Gmail, Hotmail, etc.), les services informatiques des entreprises utilisent un filtre anti-spam.

Son rôle est de filtrer les mails reçus sur les serveurs avant d’être remis à leurs destinataire. Comme une passoire en fait.

En tant que destinataire, le filtre te protège des spams commerciaux et des tentatives d’hameçonnage — tu sais, ton tonton coincé dans un pays lointain qui a besoin de tes codes de CB tout de suite.

En soi, un filtre anti-spam, c’est bien. Il est là pour te protéger et pour ton confort.
Tu imagines ton humeur si tous les mails qui se trouvent dans ton dossier Indésirables arrivaient dans ta boîte de réception ?

Ça signifie donc que, quand tu envoies une newsletter, tu as jusqu’à 4 filtres anti-spam à passer :

Le filtre anti-spam de ton autorépondeur (Mailchimp, Sendinblue, etc. — j’y reviens juste après),

celui du fournisseur d’accès internet de ton destinataire,

puis du service informatique de l’entreprise dans laquelle travaille le destinataire, s’il est salarié,

et enfin, le filtre anti-spam du client de messagerie utilisé (Gmail, Hotmail, Orange, etc.)

 Peut-être même qu’il y a plus que 4 filtres à passer, je ne suis pas experte en technique.

 

Quels critères sont pris en compte pour filtrer les newsletters ?

Maintenant que tu as compris l’intérêt du filtrage, je vais t’expliquer comment ça fonctionne 👩‍🔬 .
Je fais une parenthèse ici : je pourrais te donner des conseils à appliquer et hop c’est réglé ! Mais je considère que tu apprends mieux quand tu comprends pourquoi il faut le faire.

Il existe 3 types de filtrage que tu dois connaître pour comprendre comment agir.

Le filtrage comportemental

Lui, il observe le comportement des destinataires de ta newsletter.

Quelle est leur réaction ? Est-ce qu’ils ouvrent ta newsletter ?
Est-ce qu’ils la lisent ? Est-ce qu’ils cliquent sur les liens de ta newsletter ? Est-ce qu’ils te répondent ?
Est-ce qu’ils la mettent à la corbeille sans même l’ouvrir ? Ou dans les indésirables ?
Est-ce qu’ils ont bloqué ton adresse mail ? Est-ce qu’ils se désabonnent ?

 

Le filtrage par réputation

Cette technique est liée à la précédente, car elle s’appuie sur ta réputation, en tant qu’expéditeur de newsletter, mais aussi sur la réputation de ton autorépondeur (Mailchimp, MailerLite, Sendinblue, etc.).

Tu comprends que la réputation de ton autorépondeur et celle de ton adresse mail sont liées.
Si ton autorépondeur est considéré par Gmail, Hotmail, Yahoo et autres comme spammeur, alors ton adresse mail en pâtira.
Si ton adresse mail est considérée comme spammeuse, ton autorépondeur risque d’être très regardant sur ce que tu envoies.

Ce qui nous amène au 3e type de filtrage.

 

Le filtrage par contenu

Ce filtre scrute le contenu visible de ta newsletter (texte, image), et jette un œil au code HTML également.
Alors, je te rassure, si tu utilises un autorépondeur, le code ne pose pas de problème et tu n’as pas à y toucher.
Là où tu peux intervenir, c’est sur le contenu visible.
Bien sûr, pas de photos ou vidéos à caractère sexuel, choquantes ou déplacées. Mais si tu me lis, je doute que tu sois adepte de ces pratiques…
Pour le texte, je te donne quelques conseils juste en dessous.

Avant ça, un récap en image :

10 bonnes pratiques à adopter pour améliorer la délivrabilité de tes newsletters

Utilise une adresse mail liée à ton nom de domaine

Les adresses courantes en hotmail.com, gmail.com, etc. ne sont pas faites pour des envois en masse, mais pour un usage personnel. Je te recommande donc d’utiliser une adresse liée à ton site internet, de type tonprenom@tonentreprise.com.

Personnalise ton adresse d’envoi

Pas d’envoi en noreply@tonentreprise.com ou newsletter@tonentreprise.com.
Plus tu montres qu’il y a un humain derrière la newsletter, plus tu donnes envie à tes abonnés de te répondre, meilleure est ta réputation d’expéditeur.
Sans compter l’intérêt des réponses pour ton business.

Demande à tes abonnés de t’enregistrer dans leurs contacts

Comme tu l’as vu dans l’infographie précédente, c’est le meilleur moyen pour contourner les filtres anti-spam.

Authentifie ton domaine

L’authentification du domaine de ton site internet, c’est un réglage technique pour améliorer la réputation de ton adresse mail.

Pour faire une comparaison, je dirais qu’authentifier ton nom de domaine, c’est comme sonner ou frapper à la porte avant d’entrer chez un ami.
T’es d’accord que c’est plus sympa que de débarquer chez les gens en ouvrant la porte sans prévenir ?

Pour t’expliquer comment faire, je t’invite à lire cet article sur le blog de Mailjet.
La manip à faire auprès de l’hébergeur de ton site internet est très bien expliquée, avec des captures d’écran pour te guider pas à pas.

Évite d’acheter ou de copier des listes de contacts

Même si tu travailles en BtoB et que le RGPD est plus souple dans ce cadre-là, c’est pas bien urbain de contacter des gens qui n’ont rien demandé.

Et puis, ça n’apportera rien à ton business, puisque ce ne sont pas des adresses qualifiées, c’est-à-dire des adresses de personnes réellement intéressées par ce que tu fais.

Veille à la qualité de ta liste de contacts

À partir de l’analyse des statistiques de ta newsletter, supprime régulièrement les adresses erronées, bloquées et celles qui n’ont pas ouvert tes newsletters depuis un moment.

Écris en minuscule, surtout dans l’objet de ta newsletter

L’utilisation de majuscules en objet est une pratique de spammeur pour attirer ton attention.

Évite… les mots à éviter

Garde à l’esprit que le filtre anti-spam est un robot. Il est programmé pour repérer certains mots qu’il associe à des mails indésirables.

Voici une liste non exhaustive de mots à éviter dans ta newsletter, et encore plus dans ton objet de newsletter.

mots a eviter newsletter

Source : Mailjet

Rédige un objet de mail court

Plus l’objet est court, plus il capte l’attention, plus il est efficace.
Je te conseille de rester en deçà de 55 caractères espaces compris.

Facilite les désabonnements

Un jour, et c’est normal, ta newsletter n’intéressera plus certains abonnés.

Parce que tu évolues, parce qu’ils évoluent.
C’est pas grave, et, encore une fois, c’est normal.

Admettons, tu es coach en reconversion professionnelle.
Les abonnés qui s’inscrivent aujourd’hui à ta newsletter sont concernés par le sujet. Comme tu fais bien ton job, tes abonnés seront un jour épanouis dans leur travail et donc, ne seront plus intéressés par ta newsletter.

Toi, tout ce que tu peux faire, c’est leur faciliter la tâche.
Parce que s’ils ne savent pas comment se désabonner, alors ils finiront par classer ta newsletter en indésirable, et ça nuira à la réputation de ton adresse mail.

 

Tu vois, avant d’être une question technique, c’est surtout une question de bon sens et de respect de l’autre.
Si tu veux aller plus loin et travailler sur l’optimisation de ta newsletter, prends rendez-vous gratuitement avec moi ici.

Et toi, quelles actions as-tu mises en place ? Lesquelles te posent des difficultés ?

Laisse-moi un message en commentaire juste en dessous et je te réponds !

lire les autres articles de la catégorie :

MA NEWSLETTER

Tu vas aimer le lundi matin !

Reçois chaque lundi des conseils pour rédiger des contenus de haut vol.

Adresse e-mail non valide

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *