Marion Darras, copywriter freelance

Bonjour, moi c’est Marion! A priori rien d’insolite avec un prénom aussi courant, si ce n’est que je me bats toujours avec une mèche de cheveux et que j’ai grandi dans un petit village d’à peine 400 habitants, dans l’Orne.
L’Orne, c’est en Normandie. Les pommiers, les vaches, le beurre, le cidre, tout ça.

A 25km de la moindre ville, il fallait faire preuve d’imagination pour s’amuser et contrer l’ennui, sans internet, sans réseaux sociaux, sans Netflix.

L’imagination, je la trouvais d’abord en écoutant les gens parler autour de moi. Je la trouvais dans les livres aussi, les visites de musées ou de vieilles pierres chargées d’histoire, et dans la musique.

Jouer d’un instrument de musique, du violon pour ma part, est sans doute la plus belle façon de raconter une histoire. Vous devez transmettre des émotions, sans rien verbaliser.
A vous de savoir piocher dans votre vécu et imaginer des histoires que vous voulez transmettre.

Pour qu’un morceau soit agréable à écouter, il ne doit pas être techniquement parfait, il doit vous toucher. On ne touche personne en se contentant de lire de façon scolaire une partition.

Pourquoi le copywriting?

Mes 10 années d’expériences en tant que salariée dans la communication ont été guidées par cette volonté de transmettre pour créer du lien, avec sincérité, même dans des contextes institutionnels très cadrés.

C’est d’ailleurs au cours de mon dernier poste que je me suis spécialisée dans le marketing de contenu. Grâce à la totale confiance de ma hiérarchie et l’autonomie qui m’a été laissée, j’ai expérimenté avec succès le copywriting :

  • sur les réseaux sociaux où le taux d’engagement est passé de 5% à 23% en 6 mois,
  • sur la newsletter avec 25% d’abonnés en plus en 5 mois et +65% de trafic sur le site web grâce au mailing
  • sur le site internet avec un trafic en hausse de 50%

Vous le voyez, j’ai beau être littéraire, j’aime les chiffres. Mais à bon escient. J’aime surtout analyser mes actions pour toujours répondre aux attentes des lecteurs.

Dans un poste très marqué par le digital, j’ai compris que l’essentiel était d’abord ce que l’entreprise a à dire. Une entreprise est faite pour être vivante, et pas seulement pour être vue. 

A force de multiplier les outils pour se faire connaître, de raisonner en termes d’algorithmes, de KPI et d’optimisation SEO, la plupart des entreprises adoptent, parfois malgré elles, des textes lisses, uniformes, stéréotypés. Des écrits sans saveur.

Mon approche du marketing s’inscrit dans la lignée de Seth Godin et du permission marketing. J’écris d’abord pour des humains, pas pour Google.
L’enjeu aujourd’hui n’est plus de persuader les moteurs de recherche de mettre votre site en avant sur des recherches génériques, mais de persuader le public de vous chercher, vous.

Comment?

  • en créant un lien émotionnel sincère avec votre public, à l’opposé de l’industrialisation des contenus,
  • en écrivant sans fard ni artifice. Des textes vrais, simples et justes, mais non moins singuliers.

Travailler en freelance

J’ai décidé d’exercer en indépendante pour servir les entreprises à la recherche d’une communication centrée sur le partage et l’humain, des entreprises qui ne s’adressent pas à une masse d’individus mais bien à un public particulier.

La création de contenus est un puissant levier pour générer des leads qualifiés, convertir des clients en prospects, mais c’est aussi un atout pour renforcer votre image de marque et votre capital sympathie.

Travailler en freelance est la meilleure façon de stimuler quotidiennement ma créativité.
J’apprends de chaque mission et de chaque client pour enrichir toujours un peu plus les missions suivantes.


Ailleurs sur le web

Mon article sur le site de Pose ta Dem’ :
J’ai quitté la fonction publique pour créer mon entreprise…et je vais bien!

  • le jour où j’ai compris que j’allais démissionner de la fonction publique
  • les étapes que j’ai suivies pour créer mon entreprise en parallèle de mon emploi

Mon article sur le site Medium :
Pourquoi je préfère soutenir le commerce de proximité plutôt que passer au Zéro Déchet

  • mon enfance dans un petit village normand et la fonction sociale des commerces de proximité
  • 8 raisons pour lesquelles je soutiens les commerces de proximité

 

Vous allez aimer le lundi matin !

Recevez chaque lundi un mail qui parle marketing de contenu aux allergiques au marketing mais aussi… de tout! J’aime partager mes inspirations du moment, mes expériences.

Adresse e-mail non valide